Pour permettre un développement harmonieux de l’activité conchylicole et favoriser les démarches collectives, le Comité Régional de la Conchyliculture de Bretagne-Nord, l’état, le Département d’Ille-et-vilaine, les professionnels de la conchyliculture et les élus locaux ont décidé d’œuvrer conjointement et de mobiliser les moyens nécessaires à :

  • La définition et la mise en œuvre d’un plan d’action élaboré conjointement. Ce dernier intègre les projets proposés par les professionnels eux-mêmes et leur représentants. Les opérations sont toutes d’intérêt collectif. Les actions pilotes et innovantes sont encouragées.
  • la création d’un Comité de gestion composé de représentants de l’état, de professionnels et d’élus. C’est l’instance de décision partagée, de suivi et d’évaluation de la démarche. Il pilote l’opération et définit les priorités d’intervention.
  • La mise en place d’un dispositif financier spécifique, la Cotisation Professionnelle Obligatoire (CPO) payée intégralement par les professionnels (mytiliculteurs et ostréiculteurs). Elle est calculée au prorata de la surface des parcs à huîtres et du linéaire de bouchot.

Le Comité Régional de la Conchyliculture de Bretagne-Nord est chargé de l’animation et de la mise en œuvre technique et financière de la démarche. Mise en place en 2012, le montant annuel de la CPO est d’environ 250 000 €.

Ramassage et traitement des déchets sur estran

Avant la mise en place de ce nouveau dispositif en 2012, le ramassage et le traitement des déchets étaient gérés par les communes littorales.

Sous l’impulsion de quelques syndicats conchylicoles locaux, le Comité Régional de la Conchyliculture de Bretagne-Nord a décidé de confier à l’association d’insertion “Pass’Emploi 35”, les travaux de ramassage des déchets échoués sur l’estran de la chapelle Sainte-Anne à Cancale. Ce partenariat a été formalisé par une convention prévoyant une intervention de 3 à 4 jours après chaque grande marée. Les sacs de déchets collectés sont ensuite pris en charge par une entreprise spécialisée.

En 2012, date de début de l’opération, les déchets récupérés étaient à 90% issus de l’activité conchilicole. Ils sont aujourd’hui estimés à 60%. La quantité ramassée est en moyenne chaque année de 20 tonnes aux quelles s’ajoutent 800 poches à huîtres qui sont recyclées.

Cette action a permis, outre la sensibilisation des professionnels, d’engager d’autres actions pilotes tels que le marquage des cônes utilisés en mytiliculture.